Solidarité : un jeune Mosellan fabrique des visières avec une imprimante 3D

0
Depuis le début du confinement, les gestes de solidarité se multiplient. Certains livrent des repas aux soignants, d’autres fabriquent des masques… Louis Vozzola est en classe de Première générale au Lycée Saint-Exupéry, à Fameck. Ce Mosellan, âgé de 16 ans et originaire de Saint-Nicolas-en-Forêt, fabrique des visières de protection avec son imprimante 3D pour les personnels de santé. Entretien.

Comment avez-vous eu l’idée de fabriquer des visières de protection avec votre imprimante ?

Comme tout le monde, j’ai vu que l’épidémie commençait à sérieusement se propager. Alors j’ai commencé à regarder des vidéos d’une Youtubeuse, sur la chaîne Le labo d’Héliox. J’ai vu que cette fille fabriquait des visières, alors je me suis dit « pourquoi pas faire pareil ». Je bricole un peu à la maison avec mon imprimante, donc j’avais de quoi faire. J’ai commencé à faire une première version qui n’était pas top. J’en ai fait une deuxième, beaucoup plus réussie. On a beaucoup d’infirmières libérales dans notre entourage. J’ai eu de bons retours, j’ai vu que ça marchait bien, donc j’ai décidé de continuer. C’est comme ça que j’ai publié mon annonce sur Facebook. Depuis le 30 mars, j’en fais tous les jours.

Comment fabrique-t-on des visières avec une imprimante 3D ?

C’est tout simple. D’abord, je fabrique le support en plastique. Ensuite,  j’utilise des pochettes de pvc, celles qu’on utilise par exemple pour recouvrir des dossiers papiers comme les rapports de stage. Je fais 4 trous dans la pochette, puis je la clipse dans le support en plastique et c’est fini. Je mets, en moyenne, 50 minutes pour en fabriquer une et j’en fabrique 20 par jour. Pour l’instant, j’en ai déjà fabriqué environ 80.

Où trouvez-vous les matériaux dont vous avez besoin ?

On n’avait pas beaucoup de pochettes plastique donc on est allé en chercher à l’Imprimerie Klein, à Knutange. Ensuite, il me faut du PLA, c’est un matériau naturel à base de maïs et de végétaux. Au début, j’en avais deux ou trois bobines. Une bobine fait 1 kilos, donc avec une bobine, je peux faire une centaine de visières. J’ai en recommandé deux sur internet, mais avec les temps de livraison, ça arrivera dans seulement deux ou trois semaines. Pour éviter de tomber en rade, j’ai mis une annonce sur Facebook. J’ai eu environ 400 partages, c’est pas mal ! Des gens veulent m’envoyer des pochettes en plastique, le collège du Konacker m’a envoyé une bobine, ma mère a eu des contacts avec le département pour recevoir de la matière première… Avec ce que j’ai, je peux faire 300 visières.

Qui vous passe commande ?

J’ai déjà livré plusieurs cabinets d’infirmiers libéraux : Bousse, Guénange, Amnéville, Fameck, Florange… J’ai aussi livré quelques infirmiers libéraux d’Hayange et une partie de l’EHPAD de Fameck.

Après les masques, vous avez d’autres projets pour le confinement ?

J’ai essayé de faire des masques FFP2, mais c’est trop compliqué à faire et ça demande trop de temps. En fait, je les fais plat, donc il faut ensuite les chauffer pour les plier. Et puis, ce n’est pas non plus une sécurité. C’est mieux pour eux s’ils peuvent en avoir des vrais. Sinon, il y a l’association Thilab de Thionville, avec qui je vais sûrement travailler. En fait, ils ont un référent à Florange, M. Flamme, qui est professeur. Avec l’association, ils reçoivent du matériel du Val de Fensch et ils fabriquent 50 visières par jour. L’idée, c’est que quand il y a une grosse commande, on s’associe pour la satisfaire en une seule fois. On va se rendre service mutuellement.

Sinon, quand vous n’êtes pas derrière votre imprimante, que faites-vous pour vous occuper ?

Les devoirs pour le lycée. Sinon, je bricole beaucoup dans ma maison. Là, dernièrement, j’ai fabriqué une lampe sous forme de panneau LED. Ça m’occupe un peu.

Un film à conseiller pour surmonter l’ennui du confinement ?

J’ai regardé « La plateforme » sur Netflix. Il fait un peu peur, mais il est vraiment pas mal, je le conseille.

Propos recueillis par Florian Tonizzo.

Partager

Les commentaires sont fermés.