Vendredi 10 juillet

Moselle : la fréquentation des pharmacies quasiment doublée

0

En cette période d’épidémie, les Mosellans se rendent en masse dans les officines, à tel point que la fréquentation a quasiment doublée hier selon René-Pierre Clément, Président du syndicat USPO (Union Syndicats de Pharmaciens d’Officine) pour la Lorraine :

Ce matin, des files d’attentes se sont donc formées devant les pharmacies mais dans un respect des recommandations sanitaires, à savoir :

  • Patienter à l’extérieur
  • Ne pas encombrer l’entrée de l’officine
  • Respecter les distances entre chaque personne (1 mètre minimum)
  • Une personne par comptoir maximum
  • Se tenir à 1 mètre du comptoir
  • Prévenir en cas de symptômes (fièvre, toux, courbatures…)

Si nombre de patients étaient donc là pour renouveler leurs traitements, certains étaient venus acheter du gel hydro-alcoolique, parfois en rupture de stock dans certaines pharmacies ou du paracétamol. La demande étant forte, il a été décidé dans la pharmacie Clément à Thionville par exemple, de limiter le paracétamol à 3 boîtes par personne, soit 1 semaine de traitement.

Avec le confinement préconisé depuis ce mardi 12h, la fréquentation s’est ralentie mais reste soutenenue dans les officines selon René-Pierre Clément.

Mise à jour : L’Agence du médicament a annoncé hier mettre en place des restrictions dans tout le pays.

La vente se limitera désormais à une boîte de paracétamol par personne sans symptôme ou deux boîtes en cas de fièvre ou douleurs. Cette mesure est mise en place face à l’inquiétude d’un « stockage inutile » qui se ferait au détriment de ceux qui en ont besoin. Ces mesures s’appliquent aux boîtes de 500 mg et de 1.000 mg.

Y aura-t-il assez de masques ?

Avec les personnels soignants, les pharmaciens sont en première ligne pour répondre aux besoins des patients. Ils ont pu être équipés de masques pour se protéger

Des masques FFP2 doivent être livrés ce mardi afin d’être distribués à tous les personnels soignants, médecins de ville, de campagne ou infirmières. En revanche, aucun masque « classique », les FFP1, prévus à ce jour pour les particuliers : « Je ne pense pas que les capacités soient au rendez-vous » nous a déclaré le Président du syndicat USPO pour la Lorraine, René-Pierre Clément.

Partager

Les commentaires sont fermés.