Mardi 10 décembre

Gravelotte : quand l’espionnage se démocratise

0
Du 22 mai au 6 octobre, le Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion à Gravelotte met à l’honneur l’art de l’espionnage. Un voyage temporel au coeur d’une réalité qui dépasse la fiction elle-même et qui permet de découvrir une autre chronologie du département en pleine période d’annexion allemande.

Un reportage de Jérémie Laurent et Timothée Girard

Mon voisin l’espion…

Le rôle joué par les espions dans les conflits du XIXe et XXème siècle est étrangement méconnu du grand public alors qu’il fut, pourtant, essentiel. A travers leur nouvelle exposition, Laurent Thurnerr, directeur du « Musée de la Guerre de 1870 et de l’Annexion », ainsi que Régis Latouche, commissaire de l’exposition, reviennent sur l’importance de l’espionnage en Lorraine de 1871 à 1914.

Cette exposition se trouve au coeur d’un site « Passionnément Moselle » et qui reprend une thématique à l’origine de nombreux fantasmes et qui permet de fédérer un grand nombre de curieux.

La Lorraine se trouve au XXème siècle, dans un contexte particulier : les habitants, désormais allemands, demeurent cependant fidèles à la nation française.

Paysans, journalistes, hommes ou femmes, nombreux sont ceux qui choisissent cette double couverture au péril de leur vie. L’espionnage se démocratise ainsi et s’intensifie grâce à l’apparition de nouvelles technologies comme le téléphone ou l’appareil photo.

Retour sur une période judiciaire mouvementée…

L’exposition s’intéresse également aux grandes affaires qui ont rythmé cette période telles que l’Affaire Dreyfus ou l’Affaire Turpin, mais aussi aux figures emblématique qui en émergèrent. Guillaume Schnaebele y occupe alors une place signifiante. Celui-ci, commissaire à Pagny, était à la tête d’un réseau de correspondants en Alsace et en Lorraine. Arrêté par Bismarck, ce dernier se servit de ses informations pour densifier l’espionnage et installer un nouveau dispositif à la frontière inspiré du modèle français. Un conflit couvert par le secret qui fera partie intégrante d’une situation géopolitique tendue.

« Espions, 1871-1914 » propose une visite riche et ludique au sein de cet univers d’espionnage. Le visiteur, loin de demeurer spectateur, est invité à prendre lui-même les traits d’un agent double.

Partager

Les commentaires sont fermés.