Confinement : l’attestation de sortie numérique est en ligne !

0
Attendue depuis le 17 mars par les Français confinés et dépourvus d’imprimante, l’attestation de sortie numérique est disponible depuis ce lundi. Il est désormais possible de générer le formulaire depuis son smartphone, sur le site du ministère de l’Intérieur.

Considérant que les Français se sont appropriés les règles du confinement, le Ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a décidé de leur accorder « un peu de souplesse » avec la mise en service, ce lundi, d’une attestation de déplacement dérogatoire numérique.

Depuis 8h ce matin, il est désormais possible de justifier ses sorties « autorisées » de façon numérique, via son smartphone. Pour ce faire, il vous suffit de cliquer sur ce lien pour remplir, en ligne, votre attestation numérique.

Nom, prénom, date de naissance, adresse, date et heure de sortie… Les informations à saisir et les motifs de sortie (travail, courses, consultation médicale, motif familial, déplacements brefs, convocation judiciaire, mission d’intérêt général) sont les mêmes que sur la version papier.

Une fois remplie, cette attestation numérique est à télécharger en PDF pour l’enregistrer sur votre smartphone. En cas de contrôle, il vous suffira de le présenter aux forces de l’ordre qui scanneront un QR code pour vérifier votre attestation.

Christophe Castaner assure qu’« aucune information n’est collectée par le ministère de l’Intérieur ». Toutefois, un dispositif anti-fraude a été mis en place :  l’heure à laquelle le formulaire a été édité est accessible aux policiers.

Lancé ce lundi, ce formulaire numérique se veut complémentaire à la version papier (toujours valable !) en vigueur depuis le début du confinement. Selon la place Beauvau, ce dispositif permet de « sécuriser » les contrôles grâce au QR code qui permet aux forces de l’ordre de lire « à une certaine distance » l’ensemble des informations du formulaire.

Pour rappel, les contrevenants aux règles de confinement s’exposent à une amende forfaitaire de 135 euros (majorée à 375 euros). En cas de récidive de cette violation, l’amende est de 200 euros (majorée à 450 euros) et devient un délit passible de 6 mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende en cas de récidive de plus de 3 fois dans un délai de 30 jours.

Partager

Les commentaires sont fermés.